Voyants et charlatans : les arnaques de la divination (interview)

>>  jeudi 6 septembre 2012

voyance charlatans

Comme dans d'autres domaines, la voyance possède ses partisans, ses détracteurs... et aussi ses arnaques. Pour en apprendre davantage sur les possibles tromperies de ceux et celles qui tentent de lire notre avenir, nous nous sommes adressés à Alain Hérambourg, un journaliste d'investigation qui a longuement enquêté sur la question et qui a publié le fruit de ses travaux dans un livre intitulé «Le monde de la voyance - Voyants et charlatans».

Écrit en collaboration avec le président de l'Institut National des Arts Divinatoires, cet ouvrage de 230 pages (offert en version ebook et papier) couvre une pléthore de sujets se rapportant à la clairvoyance, à la tarologie, à la médiumnité, au spiritisme, au maraboutage et autres pratiques magiques, voire occultes, telles que les retours d'affection et les envoûtements.

Les auteurs de ce livre précisent que leur but n'est pas de dénigrer la voyance et ses pratiques, mais plutôt de guider et de mettre en garde la clientèle de ces types de services ésotériques. Pour preuve, le livre comporte une liste de professionnels de la divination recommandés.

M. Hérambourg a généreusement accepté de répondre à nos questions, qui portent principalement sur la voyance en ligne et les numéros de téléphone surtaxés (audiotel).

Alain Hérambourg, vous êtes journaliste, auteur de chansons, comédien, etc. Dans votre parcours, rien ne semblait vous prédisposer à écrire un livre sur les arnaques dans le domaine de la divination. Comment en êtes-vous venu à vous intéresser au monde de la voyance?

Alain HÉRAMBOURG : Je ne m'intéresse pas au monde de la voyance en particulier et, comme n'importe quel journaliste d'investigation, tous les secteurs me passionnent. Bien sûr, comme je suis journaliste people et que mes différentes activités artistiques me permettent de circuler dans l'espace showbiz, je rencontre beaucoup de voyants et astrologues. Les personnalités ont besoin de savoir, alors elles sont de belles sardines pour les filets de la voyance. Ce qui ne veut pas dire qu'elles enrichissent les voyants étant donné que la plupart du temps elles ne payent pas la consultation, et cela, en échange d'une photo pour les références de la voyante.

Après tout, la voyance est une forme de spectacle, et les artistes sont précieux pour la promotion des cabinets ésotériques. Les gens s'imaginent qu'une voyante qui prédit l'avenir d'une star est la meilleure. En outre, la plupart des artistes sont sensibles alors ils gobent n'importe quoi. J'ai souhaité faire cette enquête parce que ce qui est mystérieux, ce n'est pas uniquement le monde de la voyance, mais la surabondance des médiums, voyants, sorciers, et autres praticiens qui poussent comme des champignons. Bientôt, il y aura plus de voyants que de clients, et comme la phrase clef est "j'ai un don de famille", il faut croire que nous sommes tous voyants puisque, finalement, Adam est notre grand-père et Eve notre grand-mère à tous.

Je pense qu'il y a de bons voyants, et médiums néanmoins les petits rigolos qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez décrédibilisent la profession, si profession il y a ! En même temps, la voyance à un côté thérapeutique à l'égard des clients qui cherchent un réconfort.


Vous avez écrit votre livre sur la voyance et ses arnaques en collaboration avec Youcef SISSAOUI, le président de l'Institut National des Arts Divinatoires (INAD). Pour l'INAD, la pire forme d'escroquerie réside dans les travaux occultes offerts aux personnes faibles. Êtes-vous d'accord avec cette ligne de pensée ou pensez-vous qu'on devrait s'attaquer aussi à d'autres formes de charlatanisme?

Alain HÉRAMBOURG : Que ce soit dans le monde de la voyance, ou dans n'importe quel secteur d'activités, il va sans dire que le charlatanisme prend ses racines partout. Monsieur Youcef SISSAOUI connaît parfaitement son sujet, et il va de soi qu'il est plus facile, pour des charlatans, de duper des personnes faibles. Pour répondre concrètement à votre question, on devrait s'attaquer au charlatanisme "tout court", forcément dans toutes ses formes puisqu'il est question d'imposture.

Le problème est que la voyance n'est pas une science reconnue, et que la véracité de la prédiction est rarement prouvée, ou alors elle est considérée comme un pur hasard. En fait, une voyante qui annonce à son client qu'il va rencontrer une blonde, alors que cette dernière s'avérera être rousse, n'est pas une escroquerie mais une ânerie. En revanche, avoir encaissé 500 euros pour une telle révélation est une escroquerie. Seule la justice peut décider s’il y a escroquerie ou pas, néanmoins lorsqu'il s'agit de se ruiner en consultation, il y a une certaine inconscience de la part du client.

Croyez-vous qu'Internet a contribué à la multiplication des escroqueries? Y a-t-il des voyances en ligne fiables?

Alain HÉRAMBOURG : L'Internet est un support idéal pour se faire passer pour une voyante en étant chauffeur de taxi en même temps. Le web offre la possibilité à des escrocs d'exister, néanmoins il n'y a pas que des escrocs. On ne doit pas juger une corporation à cause de ceux qui en abusent. En outre, le vide juridique, ainsi affiché, et entretenu, est la résultante d'une conjoncture semblant parfaitement convenir à certains. Fruits de travaux occultes, parfaitement illicites, n'ayant aucun effet notoire ou bienfaisant sur les individus, nous voyons des sommes faramineuses enrichir de critiquables praticiens, et autres sociétés-écrans en dehors de tout contrôle, et en toute illégalité.

En revanche, comme Saint Thomas je crois à ce que je vois, avec un bémol : ne pas être obtus au point de rejeter inintelligemment la vérité comme le font certains scientifiques à l'égard des sciences occultes, peut-être par peur, tout simplement. Pour vous donner mon sentiment, je pense très sincèrement qu'il y a un nombre immensément restreint de voyantes et de voyants qui ont un pouvoir impénétrable, qui peuvent révéler le passé, le présent et l’avenir, toutefois à petites doses et d'aucune façon à la commande.

De ce fait, des milliers de crapules ont profité du succès grandissant de quelques locomotives médiatisées pour accrocher leurs wagons poussifs, et ainsi exploiter le phénomène pour faire de l'argent, voire s'enrichir. C'est de cette façon que la vraie voyante perd de sa crédibilité et de son cachet mystique. Elle se ternit en se ridiculisant, et je sais maintenant que derrière le visage d'un ange peut se cacher celui d'un démon ! En clair, ne vous fiez pas aux apparences, car "le père Noël peut être une ordure".

Sans dévoiler toutes les révélations que vous faites dans votre livre, pourriez-vous vous nous dire ce que vous pensez des numéros de téléphone surtaxés (par exemple à 0,34 euro/min) de certains réseaux de médiums et d'émissions de voyance en direct à la télévision?

Alain HÉRAMBOURG : Le service audiotel est un moyen comme un autre de percevoir des honoraires, néanmoins on remarque qu'il y a des abus sur les tarifs, la durée et la crédibilité. Qui se cache derrière ? Est-ce une vraie voyante, ou un employé qui est chargé de tenir le client en haleine pour faire tourner le compteur ?

Je vais vous faire une confidence. Monsieur Youcef SISSAOUI a préféré le titre "VOYANTS ET CHARLATANS" pour notre livre, alors que j'avais trouvé quelque chose de plus révélateur pour la voyance sur l'Internet : "LES VOYANTS SE CACHENT POUR MOURIR"… D'un autre côté, des administrations en charge de missions du service public sont de la fête pour faire payer parfois jusqu'aux plus pauvres la bagatelle de 0,34 centimes la minute avec des communications répétées qui ne durent pas moins de 5 à 6 minutes, voire davantage. La télévision, la radio et autres médias sont de bons clients pour France Télécom, qui est partie prenante sur la rentabilité des lignes dites surtaxée.

Dans certaines émissions de divertissements, l'animateur ou l'animatrice, demande aux téléspectateurs, avec assiduité, de participer à l'émission en votant ou en apportant des réponses à un jeu sans intérêt. On allèche un public crédule avec de l'argent ou des biens à gagner à condition de répondre à des questions idiotes, néanmoins tellement intelligentes pour le principe, et surtout le tiroir-caisse. On propose des consultations par emails, via des numéros surtaxés ou encore à la durée à condition d'avoir une carte bancaire.

Certains serveurs dont les responsables sont peu scrupuleux remplacent les voyantes par un ordinateur "intelligent" qui n'a pas besoin de présence humaine pour prédire un événement qui est l'œuvre, si on peut appeler cela une œuvre, d'un rédacteur spécialisé qui aura enregistré ses boniments dans la machine via une simple programmation informatique. Ensuite, une photographie "déco" d’un pseudo voyant suffit pour rouler les clients dans la farine. Des voyants affirment que les techniques modernes de communication sur Internet offrent des avantages pour le consommateur internaute, alors qu'en définitive les avantages sont surtout pour eux grâce à l'abondance des consultations qui se succèdent 7 jours sur 7, et au nombre incroyable de futurs consultants et victimes potentielles qui pianotent sur l'ordinateur des quatre coins de l'hexagone, voire même au-delà de nos frontières.

Les idées divergent dans ce milieu obscur, et si beaucoup s'accordent à dire que la voyance par téléphone fonctionne très bien, d'autres dénoncent cette méthode en affirmant qu'il est bien rare d'obtenir une bonne consultation, et encore plus par email. En réalité, un voyant digne de ce nom ressentira plus aisément le fluide et l'énergie du consultant lors d'un entretien physique. N'est-ce pas paradoxal de lire sur le Net que la meilleure des voyances se réalise dans un cabinet, alors que la plupart des professionnels consultent à distance via une ligne surtaxée? Cela dit, on ne vous dira jamais assez qu'il faut être vigilant sur les coûts excessifs de certains numéros surtaxés, ainsi que sur les tarifs pratiqués à la durée par les services audiotels dont certains utilisent les services de vrais commerciaux mais faux voyants et véritables manipulateurs.

Il y a des sites honnêtes, mais d'autres pas ! Ce qui est sûr, c'est qu'il est préférable, pour être rentable, que les communications durent le plus longtemps possible. De cette façon, certains responsables de serveurs versent aux voyants des primes et des commissions en remerciement de leurs performances commerciales, et non ésotériques. Alors, comment reconnaître à travers une publicité et un numéro surtaxé si nous avons affaire à un vrai et bon voyant ? Et puis, quel intérêt a un authentique professionnel à travailler caché derrière un écran, à distance, pour une clientèle qui n'est pas la sienne mais celle d'un fichier appartenant à une entreprise commerciale ? Pour conclure, en ce qui me concerne, j'ai cessé de croire au père Noël le jour ou j'ai retrouvé mon père coincé dans le conduit de la cheminée. Par conséquent, il faut être aux aguets du faux pas qui permet de savoir si on s'adresse à une vraie ou fausse voyante.

Pour les personnes qui voudraient aller plus loin, votre livre «Le monde de la voyance - Voyants et charlatans» est disponible en version papier et ebook. Comment peut-on se le procurer?

Alain HÉRAMBOURG : "Voyants et charlatans" existe, effectivement, en version électronique, et on peut trouver les renseignements nécessaires sur mon site http://www.bon-a-savoir.com.




Enregistrer un commentaire