Voyance (par téléphone) et dépendance: témoignage

>>  vendredi 8 janvier 2010

L'émission «On n'est pas que des parents» (Du bon usage de la voyance, sur France 5) a présenté le témoignage d'une femme ayant été accro aux services de voyance par téléphone pendant une période de plusieurs mois. Elle a ainsi dépensé des sommes considérables pour assouvir son besoin obsessif de connaître son avenir, et surtout de demander conseil plusieurs fois par jour, à différents voyants, lorsqu'une situation exigeait qu'elle prenne une décision.

Sur le plateau de télévision, cette grande consommatrice de services de voyance, prénommée Laure, révèle qu'au sommet de sa dépendance à la voyance elle pouvait appeler plusieurs fois par jour pour obtenir des consultations téléphoniques.

Laure analyse elle-même son comportement compulsif en expliquant que ces appels aux services de voyance avaient pour but premier de la rassurer, c'est-à-dire qu'elle voulait qu'un voyant lui fasse une déclaration précise. Ainsi, lorsque le voyant ne lui disait pas exactement ce qu'elle voulait entendre, elle faisait ensuite appel à un autre voyant, ou à un autre service, afin d'obtenir satisfaction.

Dans son obsession, Laure signale qu'une fois qu'un voyant lui avait dit ce qu'elle voulait entendre, elle se sentait forcée de faire d'autres téléphones pour chercher des confirmations.

Laure déclare que sa note de téléphone pouvait, à l'époque, atteindre 6000 francs, et que son usage obsessif compulsif de la voyance par téléphone a duré plusieurs mois.

Après ce témoignage, la voyante Maud Kristen pose une question très intéressante à Laure, à savoir si elle pensait que les voyants qui lui répondaient au téléphone avaient réellement des dons ou des dispositions.

Curieusement, Laure répond alors qu'elle n'a jamais cru que les personnes qui répondent dans ce type de service sont vraiment des voyants! Dans ce cas, comment explique-t-elle son comportement? «J'avais envie qu'on me parle de moi, qu'on restaure l'image que j'ai de moi», répond Laure.

Paradoxalement, Laure révèle aussi qu'elle croit que la voyance est un phénomène réel, et qu'elle n'est pas allée consulter un voyant en cabinet par crainte qu'on lui dise ce qu'elle ne voulait pas entendre.

La voyante Maud Kristen prend ensuite la parole pour indiquer que ce type de voyance par téléphone n'est pas une arnaque proprement dite, car les clients tels que Laure savent très bien à quoi s'attendre lorsqu'ils logent un appel.

Dans la vidéo, la voyante Maud Kristen déclare aussi que la voyance est une aptitude de l'être humain qui fait partie de la réalité, et que le fait de ne pas prendre la voyance au sérieux est caractéristique d'une démarche qui n'est pas scientifique.

La voyante Maud Kristen signale également qu'il est possible de déduire des informations sur un consultant, en l'observant et en utilisant des principes de psychologie et de sens commun, mais que cette méthode est évidemment limitée



La voyance, dit-elle, permet d'aller au-delà de ce qu'on peut déduire de la simple observation d'une personne, révélant par exemple qu'une consultante «aime les vieilles photos» (Maud Kristen indique «qu'il n'y a pas de tête à aimer les vieilles photos») ou ce qu'une enfant, qui n'est pas présente lors d'une consultation, fera dans la vie lorsqu'elle aura atteint l'âge adulte (Maud Kristen donne l'exemple d'une voyante tibétaine qui lui a fait des prédictions sur l'avenir de sa propre fille).


Enregistrer un commentaire

Voyance ou pas?

Sur ce site, nous abordons le sujet de la voyance mais sans prendre position quant à l'existence de cette présumée faculté extrasensorielle. Nous tenons cependant à dénoncer les pratiques douteuses, telles que celles qui sont employées dans certaines offres «divinatoires» sur le web, par exemple dans le cas de la voyance gratuite en ligne par email.