Voyance basse, voyance moyenne et voyance haute

>>  lundi 4 janvier 2010

Pour Bertrand Méheust, docteur en sociologie et membre du comité directeur de l'Institut métapsychique international, les manifestations de la voyance suggèrent l'existence de plusieurs niveaux de cette présumée faculté extrasensorielle: voyance basse, voyance moyenne et voyance haute.

Dans la troisième partie de son livre «Histoires paranormales du Titanic», intitulée «Le dossier paranormal du Titanic passé au crible», Bertrand Méheust classe les expériences de prémonition ou de voyance selon les trois niveaux mentionnés précédemment, et fournit des exemples en rapport avec le naufrage du paquebot transatlantique, au large de Terre-Neuve, le 15 avril 1912.

1) Voyance basse: ce premier niveau de voyance est utilisé lorsque les expériences racontées pourraient s'expliquer de façon triviale ou par des coïncidences. Bertrand Méheust utilise aussi ce niveau lorsqu'il n'a pas de certitudes sur la véracité de certains faits ainsi que sur leur datation antérieure au naufrage. Il pourrait également s'agir d'un sentiment diffus, d'une espèce d'intuition, face à un événement, une personne, etc.

2) Voyance moyenne: à ce niveau, le transfert présumé d'informations se manifeste par des métaphores, qui nécessitent donc une interprétation ou une transposition pour coller à la réalité.

«Un exemple en rapport avec le Titanic est celui de Louise Rosenbaum qui écrit une lettre à son secrétaire lors de l'escale à Queenstown: "Je n'arrive pas à me défaire de la sensation d'anxiété et du pressentiment d'ennui. Comme je souhaite qu'il disparaisse." Et elle ajoute "J'ai ce sentiment terrible que je n'arriverai jamais à New York". Dans son cas, nous avons à faire à de la voyance moyenne puisqu'un voyant qu'elle avait consulté lui avait annoncé qu'elle courait un danger en mer. Ce sentiment est donc déclenché par cette prédiction mais l'on a l'impression qu'il va plus loin.»

3) Voyance haute: ce niveau serait atteint lorsqu'une personne obtient des informations claires et précises sur un événement dont elle devrait tout ignorer. Bertrand Méheust fournit un exemple frappant de ce niveau de voyance dans son livre, celui de Marcelle Caretto.

«Son mari Michel Navratil avait enlevé ses deux jeunes enfants (Michel, 4 ans et Edmond, 2 ans), et s'était embarqué sur le Titanic sans mot dire à sa femme, restée sur Nice. Il avait l'intention de partir vivre aux États-Unis. "Pendant la nuit du 14 au 15 avril, sa femme fait un mauvais rêve. Au fond d'un long couloir blanc, elle aperçoit son mari Michel Navratil. Ce dernier avance vers elle, le visage blême. Soudain, le couloir s'incline, l'homme vacille et tend les bras pour se tenir aux parois. Le couloir forme maintenant un plan incliné; l'homme en perdition parvient à le remonter et lui tend une lettre. Marcelle lui tend la main et effleure celle de son époux. Elle est glacée. Quant à la lettre, c'est un faire-part de deuil ourlé de noir. À ce moment, le couloir s'efface et est remplacé par un paysage pétrifié." Marcelle Caretto ignore qu'au même moment, son époux se bat contre la mort sur le navire en perdition.»


Enregistrer un commentaire

Voyance ou pas?

Sur ce site, nous abordons le sujet de la voyance mais sans prendre position quant à l'existence de cette présumée faculté extrasensorielle. Nous tenons cependant à dénoncer les pratiques douteuses, telles que celles qui sont employées dans certaines offres «divinatoires» sur le web, par exemple dans le cas de la voyance gratuite en ligne par email.